Yann PELCAT - PHOTOGRAPHE - PEINTRE DIEPPE 76 - HAUTE NORMANDIE

Ce site n'est pas le site Officiel du STUDIO PELCAT mais mes démarches artistiques personnelles.
Reportez vous içi :http://studiopelcat.blogspot.fr/

PRÉSENTATION :

*
ABSTRACT , Pourquoi !?
L'Art, c'est un ressenti ou une émotion réelle donc l'abstraction n'est-elle pas aussi réelle que le reste ? Un paysage, un portrait ne sont que des représentations techniques du quotidien que notre conscient reconnait immédiatement. L'abstraction, par sa couleur, sa matière, sa lumière (presque brute) va chercher au plus profond de nous ce sentiment ou cette émotion. J'aime ou je n'aime pas, je trouve que c'est beau ou du n'importe quoi, que s'est apaisant ou brutal... Alors qu'est ce qui est le plus réel : le ressenti ou la représentation ? Yann Pelcat

*
Yann Pelcat entre abstraction photographique et peinture abstraite
Yann Pelcat a commencé à dessiner et à peindre dans son enfance, dès l’âge de huit ans, encouragé et stimulé par un oncle et une tante qui avaient fait les Beaux Arts. Adolescent, il se tourne vers la photographie, suit les cours d’une école spécialisée et décide de faire de la photo sa profession. A coté d’un travail de commande qu’il poursuit toujours, il entame une carrière artistique photographiant des scènes de rue à Dieppe dans une veine réaliste poétique, proche de Cartier Bresson et de Robert Doisneau, se focalisant sur la composition de l’image, très architecturée, rythmée par le jeu des plans horizontaux, des verticales et des lignes de fuite. On sent déjà chez l’artiste en herbe, outre un sens aigu de l’observation et du cadrage, la volonté d’abstraire le motif, d’échapper au pittoresque et de dépasser le rendu réaliste. Le chemin vers l’abstraction est tout tracé qu’il va d’abord expérimenter avec la photographie avant de se tourner vers la peinture, recherchant aujourd’hui une correspondance entre ces deux media.
Le photographe qui utilise alternativement l’argentique et le numérique aime expérimenter les procédés et les techniques les plus divers: temps de pose très long, surexposition, agrandissement démesuré du motif, pour obtenir des effets déroutants, jouer de l’ambiguïté et de l’incertitude, afin de se soustraire à la reproduction du réel qui semble inhérent au medium. Une lame de parquet, un pan de mur, le creux d’une vague sont transformés en un motif abstrait où le référent est devenu méconnaissable.
Yann Pelcat a réalisé récemment une série de photographies de nus ou plutôt dont le corps est le sujet. Des corps fragmentés, décomposés et recomposés selon une ordonnance géométrique rigoureuse, mais aussi selon un principe d’incertitude qui concerne tant la partie du corps représenté que son identité sexuelle. L’artiste compose ainsi une sorte de kaléidoscope du désir que le spectateur peut interpréter selon son imaginaire.
Dans le même temps le photographe a réalisé une série de travaux où un motif abstrait colorisé est tiré et étiré sur un papier long de deux mètres, faisant songer aux rouleaux de la peinture chinoise ou japonaise, en écho à sa propre activité picturale.
Car, depuis cinq ans environ, Yann Pelcat est venu ou plutôt revenu à la peinture, discipline où il s’investit désormais à part entière. Une peinture expressionniste abstraite, à l’eau ou à l’huile, sur papier absorbant ou sur toile, où domine l’intensité de la couleur, la vitalité de la touche, le travail de la matière.
Parfois par la saturation de l’espace (all over) et le dynamisme gestuel, le peintre frôle Jackson Pollock, parfois un fond uni ou l’étagement de plans colorés ponctués de touches courtes et vives évoquent un paysage abstrait qui fait songer à la peinture de Zao Wou Ki ou de Chu TEH-CHUN.
Il semble que Yann Pelcat hésite ou plutôt balance entre une peinture tumultueuse, emportée, avec effet de matière et une peinture plus méditative, inspirée par la nature où sourd un sentiment océanique, voire un certain vague à l’âme. L’artiste dieppois ne peut ni ne veut s’affranchir de son environnement et c’est tant mieux. Il échappe ainsi aux formules toutes faites et aux effets de mode qui caractérisent tant de jeunes artistes de sa génération, pour poursuivre dans une voie personnelle, dont on attend avec impatience les développements ultérieurs.
Yves Kobry
Critique d’art 
(membre de l’AICA).

http://studiopelcat.blogspot.com  ( site du Studio PELCAT )

Cliquez sur l'image pour afficher en pleine écran.



Articles de presse, EXPOSITION ,reportage vidéo, affiches :















Avec le Mouvement d'Artistes " Il est Temps de ..."
(Un été à Dieppe) Conférence, Exposition, Manifestation,Performance...
















Reportage passer sur FRANCE 3 merci à Béatrice Rabelle et Judikaëlle Rousseau.

NOUVEAU 
En vente dans les Librairies, le City Calendrier sur Dieppe réaliser par Le Studio 1517 :http://www.studio1517.com/index.php , les photographies de Antonio Delgado :  et Yann PELCAT : http://studiopelcat.blogspot.com/.













Réalisation :